« Cela me permet de réfléchir à la conduite à tenir face aux problèmes que rencontre mon fils.
J'ai pu aussi mettre en place des choses auxquelles je n'avais pas pensé,
comme faire intervenir un éducateur
 »

-Madame P., mère de deux enfants, de 14 ans et 17 ans

Bibliographie

Liste non exhaustive élaborée par PHARE Enfants Parents et mise à jour en janvier 2010.


Ouvrages conseillés sur le deuil

  • Après le suicide d'un proche, Dr Ch. FAURE - Albin Michel
  • Deuil et santé, Marie-Frédérique BACQUE - Odile Jacob
  • Et le jour pour eux sera comme la nuit, Ariane BOIS – Ramsay Littérature
  • L'enfant face à la mort d'un proche, Dr P. BEN SOUSSAN, I. Gravillon - Albin Michel
  • La mort expliquée à ma fille, Emmanuelle HUISMAN-PERRIN - Seuil
  • La mort de l'enfant, ouvrage collectif dirigé par Michel HANUS - Vuibert
  • Le couple brisé (de la rupture à la reconstruction de soi) , Dr Ch. FAURE - Albin Michel
  • Le deuil après suicide, Michel HANUS - Maloine
  • Les deuils dans la vie, Michel HANUS - Maloine
  • Lorsque l'enfant disparaît, Ginette RAIMBAULT - Odile Jacob
  • Parents en deuil, Harriet SARNOFF SCHIFF - Robert Laffont
  • Vivre le deuil au jour le jour, Dr Christophe FAURE - Albin Michel
  • Vivre son deuil et croître, Rosette POLETTI et Barbare DOBBS - Jouvence
  • Vivre après la mort de son enfant, Josette GRIL - Albin Michel

Ouvrages et études sur le suicide

  • Ados en vrille, mères en vrac, Xavier POMMEREAU - Albin Michel 2010
  • Adolescence et suicide, sous la direction de H. CAGLAR - Éditions Sociales Françaises
  • Anti-suicide, Bernard RAQUIN et Véronique PECHIN - La Table Ronde
  • Ce vide immense, Claude LUZY - La Bruyère (le commander à PHARE Enfants-Parents)
  • Ces enfants qui se suicident, WEISS Joël - Garancière
  • Ces morts qui vivent en nous, JANIN DEVILLARS - Fayard 2005
  • Étude psychopathologique des tentatives de suicide chez l'adolescent et le jeune adulte, sous la direction de Philippe JEAMMET et d'Elizabeth BIROT – PUF 1994
  • Fatigué de ce monde, Pascale MORICE - Éditions du Jubilé 2002
  • Homosexualités et suicide, Eric VERDIER et Jean-Marie FIRDION - H&O Éditions 2003
  • J'ai envie de rompre le silence, René VEYRE et Gérard VOULAUD - les éditions de l'Atelier 2001
  • J'en ai marre, Hélène RISACHER - Poche
  • L'adolescent et la mort, Études sur la mort - L'esprit du Temps
  • L'adolescent suicidaire, « l'écouter, le comprendre, l'aimer » Xavier POMMEREAU - DUNOD 2003
  • L'Adolescence, Philippe JEAMMET - J'ai Lu
  • L'envol de Sarah « Ma fille : sa vie, son suicide Agnès FAVRE - Max Milo Témoignage
  • La France du suicide, Michel DEBOUT - Stock 2002
  • La prévention du suicide chez les jeunes de 15 à 24 ans - Éditions décembre 1991 de l'Institut de l'Enfance et de la Famille
  • La souffrance suicidaire, Yves PRIGENT - EPI, Desclée de Brouwer
  • Le geste ultime, Essai sur l'énigme du suicide, SOREL VEDRINNE WEBER - PUL Lyon 2003
  • Le suicide, rapport moral de Michel DEBOUT du Conseil Économique et Social publié en 1993 au Jo, 26, rue Desaix 75727 Paris cedex 15 – brochure 4227 ou publié aux Éditions Ellipses, Collection « Vivre et Comprendre »
  • Le suicide, Marie BARDET - Les essentiels, Milan Presse
  • Le suicide, Emile DURKHEIM - PUF
  • Le suicide, Laurent LESAGE - Bayard Éditions Centurion, coll. C'est-à-dire
  • Le suicide, Pierre MORON - PUF, coll. Que sais-je ?
  • Le suicide, sous la direction de François TERRE - PUF
  • Le suicide, Presses Bibliques Universitaires
  • Le suicide, comment prévenir, comment intervenir, M. SEGUIN et P. HUON - Ed. Logiques
  • Le suicide de l'adolescent, Étude épidémiologique de F. DAVIDSON et M. CHOQUET - ESF
  • Le suicide des jeunes, PERRET-CAPITOVIC Maja, Éditions St-Augustin 2004
  • Le suicide et sa prévention, BATT-MOILLO & JOURDAIN - ENSP 2005
  • Les dossiers noirs du suicide, Denis LANGLOIS, Seuil, coll. Combats
  • Les jeunes suicidants à l'hôpital, M. CHOQUET et V. GRAMBOULAN, EDK (Editions médicales et scientifiques)
  • Les suicides, Jean BAECHLER, Calmann-Lévy 1975
  • Les suicides d'adolescents, Dr André HAÏM, Payot, Bibliothèque scientifique
  • Mourir à 10 ans, Claude COUDERC - Fixot
  • Ni anges, ni sauvages – Les jeunes et la violence, Patrice HUERRE - Poche
  • Pour nos ados, soyons adultes, Ph JEAMMET - Odile JACOB
  • Sandra tuée par internet, LAEMMEL M.C. et D., Sté des Ecrivains
  • Suicide : des Issues de Secours, Bertrand VERFAILLIE Editions Buchet – Chastel au fait
  • Suicide « l'envers de notre monde », Christian BAUDELOT – Roger ESTABLET Editions Seuil Suicide, modes de prévention, V. JANOUIN BENANTI, diffusé par DEQ
  • Tentatives de suicide à l'adolescence, colloque sur la santé des adolescents, 12-13-14 décembre 1988, édité par le Centre International de l'Enfance
  • Travaux cliniques et épidémiologiques sur les conduites suicidaires - GEPS, ouvrage collectif ordonné par Roger FRANC (Journées Thématiques de Psychiatrie n° 2)
  • Vivre le deuil et se reconstruire Dr Ch. FAURE - Albin Michel

Ouvrages de Michèle Bus-Caporali

 

 

 

 

 

"Ton départ fulgurant n'a été qu'un immense appel, un cri total vers la vie, d'une intensité qui l'a transposé hors de l'audible. Étourdissant, il se perpétue en infrasons pour demeurer ici. Par bonheur, la musique était entrée en moi assez tôt pour me faire vibrer d'une autre manière. Ces derniers temps, je n'ai été que la fille adoptive du silence. L'heure est venue de réintégrer le domaine impalpable des sons pour y trouver le soulagement. Finie l'inaction totale qui éteint. Heureusement, en musique, il s'agit d'abord de planer sur des étendues calmes, en attendant de redevenir capable de se laisser filer pour descendre des rapides, animé d'une autre sorte d'émotion."

  • La part du feu - Éditions Symétrie - 2011
  • Bédouin de garrigue - Bénévent - 2005
  • Podane - Grand Format - 2003
  • Ainsi soit l'île - Mediterranea - 1999

Biographie :
Pianiste, chanteuse et chef de chœur, Michèle Bus-Caporali est également diplômée en Sciences de l'éducation. L'écriture est depuis toujours au cœur de son existence et de son activité, à travers la poésie d'abord, puis par le roman, où la musique, auparavant présente seulement dans l'euphonie et le rythme des phrases, prend désormais une place essentielle au sein du propos.
Source : Symétrie


Ouvrages de Sophie Daout



Synopsis de Lettre closes :

"De lignes tracées, de réflexions posées, Sophie Daout nous emmène avec elle dans l'univers de trois femmes. Deux femmes qui se croisent, une troisième qui passe. Une correspondance soutenue, des lettres et un cahier noir, établissent alors les liens au choix de chacune. En vous laissant voyager entre les lignes, par une écriture vivante et claire, Vous, lecteur, resterez captivé par l'intensité de l'histoire."
Source : Decitre.fr

Livres-témoignage " Lâche ta drogue et tiens bon ! " et " Demain, j'arrête la came ! A destination des ados et des parents.

  • PIRE-EX, Parents ennemis, enfants otages – Sudarène Edition – Février 2015 

    Lettres closes - Sudaresne - octobre 2009
  • Jamais douces les drogues - du Jubile Sarment - 2006
  • Demain j'arrête la came - Éditions Fayard - 1997
  • Mes yeux dans tes yeux - du Jubile Sarment - 2004
  • Lâche ta drogue et tiens bon - Éditions Fayard - 1992
Biographie :
Sophie Daout, tour à tour institutrice puis professeur et enfin conseillère d'orientation-psychologue, a consacré sa vie aux enfants et adolescents. C'est pourquoi elle a au sein de l'association pour une jeunesse sans drogue un rôle de meneuse, le problème de la drogue étant un sujet auquel elle a été personnellement confrontée.
Source : Babelio.com


Parution de l'ouvrage de Boris Cyrulnik : "Quand un enfant se donne la mort - Attachement et société".

Préface de Jeannette Bougrab - secrétaire d'État chargée de la Jeunesse et de la Vie associative.
Penser l'impensable, Comprendre l'incompréhensible, tels auraient pu être les titres de cette étude inédite sur le suicide des enfants. Nos sociétés contemporaines commencent juste à entrevoir la tragédie sombre qui se déroule sous nos yeux depuis quelques années déjà. Il ne pouvait en être autrement, car comment imaginer, comment concevoir, comment même commencer à penser ou à ébaucher une théorie sur cet homicide de soi, cet auto-assassinat chez des petits âgés seulement de 7, 8 ou 9 ans ? Ces enfants ont, par définition, la vie devant eux. Et pourtant, ils décident de mettre fin à leurs jours.
Ces dernières semaines, les journaux en ont fait leur une. Un tabou commence tout juste à tomber. Comment ne pas rappeler que le suicide, ce fléau s'installant sournoisement dans la vie psychique des individus, est la deuxième cause de mortalité des jeunes de 16-25 ans, juste après les accidents de la circulation ? Mais jusqu'à présent,
personne n'avait osé aborder, voire effleurer cette triste réalité du suicide des enfants, préférant souvent la nier en la dissimulant derrière des jeux dits dangereux comme le jeu du foulard.Oui, le suicide touche aussi les plus petits, les enfants, les préadolescents.
Choisir Boris Cyrulnik pour défricher ce sujet complexe était une évidence. Par ses travaux, ses ouvrages comme Les vilains petits canards, Parler d'amour au bord du gouffre ou Un merveilleux malheur, il était la personne idéale pour aborder ce qui n'est que douleur, tenter de prévenir une catastrophe et guérir les familles qui ont connu un tel drame. Je suis une privilégiée, car j'ai pu rencontrer cet homme brillant, cultivé, humaniste, sage et qui incarne une forme d'amour universelle. Sa seule présence, ses mots apaisent les souffrances. Je n'ai pas été surprise mais honorée quand il a accepté de travailler sans rien en retour sur ce sujet. Dans une société d'égoïstes, un homme a su démontrer qu'il fallait espérer.
L'idée de publier un rapport commandé par la ministre de la Jeunesse, dans une grande maison d'édition, Odile Jacob, avec une diffusion très large, était une volonté délibérée et forte de dire que nous pouvons tous être un jour un acteur de la prévention du suicide si nous savons lire et traduire les indicateurs, les signes du mal que nos enfants laissent entrevoir. Comme l'écrit Boris Cyrulnik, si une pichenette peut pousser l'enfant à un acte mortel, une autre pichenette peut l'en préserver. Je suis convaincue que la lecture de ce livre remarquable permettra de sauver des vies.
Je suis convaincue que ce travail était vital afin d'agir pour prévenir la souffrance des enfants qui, par désespoir, faute d'être entendus par les adultes, agissent de manière risquée (jeux dangereux, traverser la rue en courant...) jusqu'à l'accident fatal prévisible. Car si on dénombre moins d'une cinquantaine de suicides d'enfants par an, cette donnée brute ne révèle absolument pas le mal-être des enfants. Les statistiques et les connaissances scientifiques sont souvent partielles. Les tentatives de suicides, les idées suicidaires, les conduites suicidaires par exemple ne sont pas comptabilisées, alors même qu'elles sont très nombreuses. Quarante pour cent des enfants pensent à la mort tant ils sont anxieux et malheureux.
Le travail inédit réalisé par Boris Cyrulnik à travers une approche pluridisciplinaire mêlant neurobiologie, biochimie, psychologie, sociologie et autres disciplines, nous éclaire, nous permet de comprendre que les facteurs de fragilité sont déterminés très tôt, dès les dernières semaines de la grossesse. L'audace dans la méthode se retrouve dans les solutions proposées pour surmonter la souffrance des enfants qui trouve souvent une origine traumatique remontant à la toute petite enfance, voire in utero.
Les propositions riches de plusieurs strates formulées ici par Boris Cyrulnik nous donnent de l'espoir. Les pistes envisagées concernent tant la qualité des formations de la petite enfance que la création de lieux d'écoute et le retour à une culture des clubs dans les quartiers... Toutes ces mesures sont réalisables à court et moyen termes. Loin d'exiger des moyens financiers considérables, elles dépendent de notre seule volonté de regarder de façon systémique une réalité qui terrifie. Nous pouvons donc tous, dès à présent, être acteurs de la prévention du suicide des enfants. L'amour, l'affection, les liens familiaux, l'écoute d'adultes peuvent ainsi constituer des protections efficaces et scientifiquement prouvées à l'égard du suicide. Je crois que le message le plus important que nous devons retenir du travail remarquable réalisé par Boris Cyrulnik, indépendamment de sa rigueur scientifique et de son humanité, c'est que l'histoire n'est jamais écrite.


Les quatre propositions de Boris Cyrulnik

1. Autour de la naissance

Stabiliser les interactions précoces :
- En fin de grossesse.
- Au cours des premiers mois de la vie.

Étayer le couple parental :
- Congé maternel.
- Congé paternel.

Lutter contre les ruptures affectives répétées.

Donner cohérence aux métiers de la petite enfance :
- Création d'une université de la petite enfance.
- La théorie de l'attachement qui intègre les données biologiques, affectives, psychanalytiques et socioculturelles permet aux praticiens et bénévoles de participer aux recherches et d'évaluer les propositions.

Encourager les études sur les fratries. Le pouvoir façonnant des enfants entre eux a été sous-estimé.
. La précocité des enfants, valorisée par notre culture, n'est pas un facteur de protection. Elle améliore les résultats scolaires au prix de l'angoisse et de troubles relationnels.


2. Autour de l'école
. Développer les structures "traits d'union" entre les enseignants et les familles.
. Encourager les recherches sur l'éducation implicite quand, aux programmes scolaires s'ajoutent les rencontres émotionnelles.
. Adapter les rythmes scolaires aux rythmes biologiques de l'apprentissage.
. Offrir un soutien affectif et intellectuel aux enfants en difficulté.
. Offrir un soutien à la parentalité pour les parents en difficulté.
. Créer des lieux de paroles à l'occasion d'activités artistiques : films à commenter, contes à compléter, mallettes pédagogiques de prévention du suicide, partage d'activités naturelles et culturelles avec des tuteurs éducatifs.
. Retarder la notation stigmatisante.
. Réinventer les rituels scolaires d'accueil et de promotion.
. Lutter contre le harcèlement à l'école qui constitue un très grave facteur de vulnérabilité.
. Combattre les effets dépressogènes de l'immobilité physique, de l'absence de liens et de la faible mentalisation.
. Favoriser les études sur la mixité.
. Suivre le devenir des enfants adoptés ou nés de PMA.
. En cas de malheur, organiser des groupes de parole entre adultes et des groupes entre enfants qui se réfèrent à un adulte.

3. Autour de la famille
. Favoriser l' "village" protecteur et éducatif qui ouvre les familles closes.
. Renforcer les cultures de quartier : associations, engagement des enfants dans les activités sportives, sociales et sensées comme le scoutisme, les francas ou le patronage, adaptés aux valeurs de notre nouvelle société.
. Donner aux enfants le droit de donner en les engageant dans des responsabilités d'enfants.
. Publier un répertoire pour faire connaître les réseaux d'écoutes téléphoniques, les lieux de rencontres et d'aide immédiate.
. Inviter les non-professionnels dans les formations continues. Les bénévoles motivés ont prouvé leur efficacité.
. En cas de malheur, faire savoir que la "postvention" existe.
. Proposer une aide sans l'imposer.



4. Dans la culture
. Participer aux débats sur la philosophie du suicide.
. Faire entrer dans les récits collectifs la notion de "crise suicidaire" et non pas de fatalité.
. Encourager les créations artistiques - les films, les romans, le théâtre, les essais - afin qu'elles aient un effet "anti-Werther".
. Organiser dans les quartiers une culture de village où les loisirs partagés possèdent un grand effet préventif.
. Participer aux messages Internet et aux blogs en contrôlant les conseils néfastes et en validant les aides précieuses de ces rencontres technologiques.
. Défendre la politique culturelle de l'intégration où chaque culture se présente à l'autre et la renforce.

 

Fiches prévention
Toutes les fiches
Devenir bénévole
Devenir bénévole
Vidéos
Vidéos